Squid game

squid-game-netflix-poster.jpg

On ne va pas se tarabiscoter les pistaches pendant 116 ans, mon loufiot. Mais là, j'ai les cocotes qui commencent sérieusement à coller au plafond. Je vais t'astiquer de la série qui fait jacter le branlant et sa rombière : Squid game. Un feuilleton enlucarné sur Netflix où t'avise une bande de varlopes se faire dézinguer dans des jeux de préau. Les Kim se font entomater façon ketchup goulinant en jouant à la marelle et colin-maillard. T'avise un peu la licornade ? Maintenant nos chiards s'y mettent aussi, au bahut, ils bricolent les jeux façon "viens là que je te bute". Dans la ville des lumières, il y a les plombs qui pètent. Des pré-pubères se tigent sur des bornes pour gamer les jeux de la lucarne. Il va falloir m'ensliper façon wendje pour me faire kiffer cette daube d'empifés. N'y met pas le digital, il y a risque de court-jute.

Moi, je me mate un Cinéma paradiso. L'énormissime Philippe Noiret en Alfredo le vioque et le mouflet qui se requinque autour des pellicules. J'ai le fébrilateur qui oscille, ça de la gueule, des tripes et des valseuses à l'équerre. Je me le zieuterais en boucle, l'astar en demi frise avec quelques binches et je chialerais tout pareil. Une toile, une vraie, de celle qui te clapote et qui charivarive l'emtionomètre. Maintenant, chacun sa came. Mais entre un navet à la sauce ketchup et un bon plat de spagouse au pesto façon Cantinone, j'ai fait mon choix, alors arrête de tortiller du uq.

Les commentaires sont fermés.